• Erwan Hernot

"Devenir un manager hybride" : une formation de ClavaConsulting

Proposée juste avant l'été, la formation de ClavaConsulting prend son envol. Re-voici l'itinéraire

thématique et un focus particulier sur un de ses thèmes : la réunion hybride.



Le travail en mode hybride, supporte mal l'improvisation. Prenons le cas d'une réunion. Elle rassemble des participants dans une salle avec des participants seuls face à leur ordinateur. En plus de combiner les difficultés des deux formats (présentiel et 100% distanciel), la conception et l’animation doivent assurer, simultanément, une qualité d’expérience optimale pour les participants seuls ET pour le groupe dans une salle. Il faut tirer des conséquences à 2 niveaux.

Au niveau global, l’entreprise doit se préoccuper des compétences de ses salariés à pleinement utiliser les solutions digitales mais également de leurs compétences relationnelles pour mieux collaborer : on se rend compte que la coopération s'apprend ! Cet apprentissage suppose une implication en amont des collaborateurs. Certaines entreprises mettent ainsi en place des « contrats d'équipes ». Il s'agit d'échanges réunissant l'ensemble des collaborateurs et leur manager, afin de déterminer les méthodes de travail : quand le distanciel est possible ; quand il ne l'est pas ; quels seront les outils utilisés pour échanger (mails, Whatsapp, Teams…), etc. Ces nouvelles configurations touchent aussi l'aménagement physique des espaces : les salariés auront besoin de plus de salles, plus petites et plus connectées, afin que les personnes à distance puissent toujours participer.

Au niveau tactique, la réunion hybride est la plus délicate. Or, plus une réunion semble fluide, plus la préparation et l’animation ont été réfléchies en amont. Elle nécessite donc un temps de préparation à prendre en compte, au moins au départ. Pour être efficace, il ne suffit pas de répliquer les codes d'une réunion physique. Par exemple, il vaut mieux ajuster le séquencement des sessions de travail : plus courtes, participatives, avec des rythmes variés. On se prémunit ainsi contre le risque de perte d’attention en présentiel, démultiplié en distanciel, avec la tentation de continuer une tâche silencieuse en parallèle, de consulter un courriel, etc. Les techniques d’animation de réunions doivent inclure ceux qui sont à distance. Elles invitent à leur distribuer certains rôles. L’animateur - ici vrai facilitateur de la production du groupe réuni - peut ainsi avoir recours à des appuis désignés en début de réunion : un gardien du temps, un secrétaire pour la prise de note et le relevé de décision, un gardien de l’objectif. C’est tout le talent du facilitateur de mener les échanges et d’engager les participants. Les prises de parole sont orchestrées, les idées émises, collectées et rassemblées, les plans d’action co-construits. Le facilitateur doit aussi être capable d’aller chercher les participants qui décrochent en les sollicitant à l’oral.


Cette formation se déroule entre une et deux journées, selon l'approfondissement souhaité des thèmes proposés. Elle peut se faire en distanciel, en présentiel ou ... en hybride (si le client a des salles de formation multi caméras. Elle peut également se découper en plusieurs séquences d'1h30 ou en demi-journées. Ou, en résumé, sur un webinaire d'une heure.



4 vues0 commentaire