• Erwan Hernot

Usage de l’autorité : peut-on faire péter les galons ?

Il est étonnant de voir comment certains managers sont timorés quand à l’usage de l’autorité. Ils n’osent pas alors qu’elle fait partie intégrante de leur mission. Comment expliquer cela ?

ClavaConsulting_Conseil_Formation_Management
Autorité et management

Ils ont trop baigné dans des formations au développement personnel ! L’explication est caricaturale, schématique. Mais sur les premiers niveaux de management, la formation est souvent colorée de psychologisme. C’est à dire délivrée par des psychologues qui jouent à fond la carte de l’empathie quand ils expliquent les mécanismes qui font agir les humains dans un collectif de travail. En effet, ils ont eux mêmes rarement exercé la fonction ni vécu le rôle dans une équipe. Il est bien entendu absolument indispensable de comprendre les mécanismes de base du fonctionnement d’un groupe ou d’un individu. S’arrêter là est – toutefois – un peu court. L’apprenti manager va comprendre qu’un groupe, c’est une petite chose fragile dont il faut préserver le fonctionnement. Evidemment, je caricature encore. Pour mieux aller au delà, c’est à dire à la prise de pouvoir par le manager. Combien d’entre eux ouvrent des yeux ronds quand arrive le conseil d’oser la colère froide s’ils veulent absolument faire prendre conscience au groupe d’un dysfonctionnement dont ce dernier se fiche complètement.


Il y a un survol trop rapide et par conséquent une mauvaise compréhension des tendances d'autonomisation des collaborateurs. Or, un collectif quel qu'il soit, nécessite des règles pour fonctionner. Plus vous renforcez l'autonomie de vos collaborateurs, plus vous devez faire preuve d'autorité pour faire respecter ces quelques règles qui la garantissent. Sinon, c'est l'anarchie, le dysfonctionnement et des acteurs mécontents.


Plus qu’une technique de management


L’autorité est plus qu’une technique de management, elle est liée aux composantes de la personnalité du manager, à ses souvenirs (comment l’a-t-il vécue ?) C'est plus complexe qu'une astuce, un truc « bon à savoir ». C’est le moment par excellence où le formateur doit faire preuve de conviction, se dévoiler et exposer sa propre expérience, la confronter à celle des participants à son séminaire. C’est le moment où l’écoute est forte, intense même. Je prends toujours du temps sur ce thème. Je provoque la discussion et il m’arrive régulièrement de sentir des participants mal à l’aise avec l’idée d’autorité. Ils ont peur d’être contredits par l’équipe ou par le contexte (vérité du jour n’est pas celle du lendemain dans les grandes entreprises !) Formateurs au management, nous nous devons ici d’aborder 4 points essentiels :

  1. L'autorité n'existe pas d'emblée. Elle est accordée au manager par son équipe s'il est compétent, crédible, fiable et prévisible.

  2. L’autorité s’exerce sinon, elle se délégitime. Et le manager finit en animateur de son équipe.

  3. L’autorité n’est pas le respect des règles. Les managers sans autorité tentent de se renforcer et se faire respecter en se reposant sur les règles. Les managers qui ont de l’autorité, renforcent les règles qu'ils évoquent.

  4. L’autorité supporte sans problème la contradiction, celle du collaborateur comme celle du contexte. Ce qui compte, c’est d’abord la force du raisonnement qui l’assoit et l’impact oral du manager.

Certains managers l’ont naturellement. Pour les autres, pas de panique : l’autorité s’apprend. Comme un rôle et d’ailleurs c’en est un.


Les suites logiques de ce papier sont :

Webinaire: "De manager à leader : quel chemin ?" Durée : 1h00.

10 vues0 commentaire